Dormir, mourir, rêver peut-être

Création à l’Arsenic, Centre d’art scénique contemporain, Lausanne, le 25 avril 2017

Mourir, dormir, rêver peut être parle de la mort, d’un aspect bien précis et particulier de la mort à travers celui du quotidien, du travail, des pensées de celles et ceux qui sont nos premiers interlocuteurs lorsque survient un décès, celles et ceux qui travaillent dans des entreprises de pompes funèbres. Comment, quand on est employé de pompes funèbres, se lève-t-on ? Comment est-ce qu’on rit ? Comment appréhende-t-on sa propre mort? Comment fait-on des projets, et quel est notre quotidien, notre travail ? Comment se prépare-t-on à cela ?

Comment est-ce qu’on discute d’argent ? Comment est-ce qu’on affronte le plus terrible, la mort d’un enfant, un suicide ? Comment reste-t-on soi-même ? Comment on touche ? Comment on regarde ses mains ensuite ? Comment on aime ? Comment on pense et invente son propre travail ? Et comment peut-on s’épanouir, et même être joyeux dans ce travail ? Le metteur en scène Denis Maillefer partira à la rencontre des femmes et des hommes qui font ce métier, endossera leur costume, recueillera des impressions et leur parole pour l’amener au théâtre.

mains_mourir_VO

photo:Virginie Otth

Comédiens: Lola Giouse, Marie-Madeleine Pasquier, Cédric Leproust, Roland Vouilloz
Texte et mise en scène: Denis Maillefer
Lumière: Laurent Junod
Régie : Victor Hunziker
Scénographie: les Ateliers du Colonel
Musique: Michael Frei
Costumes: Isabelle Duffin
Son: Julien Mayor
Maquillage: Leticia Rochaix
Administration: Olivier Blättler

Dates et lieux :

Arsenic, centre d’art scénique, Lausanne: du 25 avril au 3 mai 2017

Avec le soutien de l’Etat de Vaud, de la Ville de Lausanne, de la Loterie Romande, de Pro Helvetia, de la SSA, de la fondation Leenaards et de la fondation Ernst Göhner